Disponible le 15.09.2021
Jeudi 30 septembre 2021
Opéra

L'Apocalypse arabe de Samir Odeh-Tamimi

direction musicale d'Ilan Volkov — mise en espace de Pierre Audi

Date de captation
4 juillet 2021
Langues
Spectacle en français, grec et arabe
Réalisation vidéo
Compagnie des Indes
Territoire de distribution
Vidéo accessible dans le monde entier
Vidéo disponible en rediffusion jusqu’au
01.11.2021
Crédits photo
Ruth Walz
LIVRET DE CLAUDIA PÉREZ IÑESTA AND SAMIR ODEH-TAMIMI D'APRÈS LE POÈME D’ETEL ADNAN L'APOCALYPSE ARABE (1980)

CRÉATION MONDIALE

NOUVELLE PRODUCTION ET COMMANDE DU FESTIVAL D'AIX-EN-PROVENCE

EN COPRODUCTION AVEC LUMA FOUNDATION, ABU DHABI FESTIVAL

AVEC LE SOUTIEN DE ANDRÉ ET ROSALIE HOFFMANN
LE CERCLE INCISES POUR LA CRÉATION CONTEMPORAINE

LA COMMANDE À SAMIR ODEH-TAMIMI A REÇU LE SOUTIEN DE ERNST VON SIEMENS MUSIC FOUNDATION

Ernst von Siemens Music Foundation

Direction musicale
Ilan Volkov
Mise en espace
Pierre Audi
Décors, lumière
Urs Schönebaum
Costumes
Wojciech Dziedzic
Vidéo
Chris Kondek
Dramaturge
Klaus Bertisch
Le Chœur
Camille Allérat, Pauline Sikirdji*, Fiona McGown*, Camille Merckx, Helena Rasker
Le Témoin
Thomas Oliemans*
Orchestre
Ensemble Modern
*anciennes et ancien artistes de l’Académie

« C’était en janvier 1975. Un jour j’ai pris un stylo, une feuille de papier, et je me suis dit : je veux écrire un poème sur le soleil. Totalement répétitif : le soleil, le soleil, le soleil. »

Etel Adnan, « Nous savons tant et nous savons si peu » (2011-2017)

Conçu sur le vif en 1975, le recueil L’Apocalypse arabe de la peintre et poétesse Etel Adnan offre une représentation saisissante de la guerre civile au Liban. Le soleil, motif central d’une suite de variations hallucinées, allégorise le rayonnement des cultures du monde arabe mais aussi le cataclysme qui a fondu sur elles : une tragédie sans fin, à la portée planétaire. Cette œuvre à nulle autre pareille, virulente dénonciation des crimes qu’engendre l’intolérance, a profondément nourri et inspiré le compositeur d’origine israélo-palestinienne établi à Berlin Samir Odeh-Tamimi et le metteur en scène franco-libanais Pierre Audi. Ensemble, ils ont voulu donner à ces chants entrecoupés de dessins mystérieux la forme d’un théâtre musical qui puisse en souligner l’actualité en même temps que l’universalité. Prophétique en son temps, L’Apocalypse arabe demeure une anticipation visionnaire des épreuves que traverse le Liban aujourd’hui.